01 Feb

L'AGNELAGE (photos de la mise bas)

Publié par Jacques Mouls  - Catégories :  #LA VIE DES BREBIS

 

 
 

 

GENERALITEES 

L'agnelage est l'acte qui marque la fin de la gestation de la brebis.

 Il aboutit à l'expulsion du ou des fœtus, au terme de son passage d'une position intra-abdominale (dans la corne de l'utérus, qui se situe dans le ventre de la brebis) à l'extérieur. Ce passage se fait via un tunnel, la "filière pelvienne" :
le bassin de la brebis, dont l'intérieur est étroit. Comme pour tous les mammifères, plus le fœtus va être volumineux et plus son expulsion risque d'être longue en raison de l'étroitesse de ce passage du bassin.

La fin de la gestation de la brebis
La gestation de la brebis dure au total 5 mois (149 jours), bien qu'il y ait de légères variations selon les races ovines. En particulier, les brebis des races très prolifiques, comme les Romanov, ont des durées de gestation plus brèves que cette moyenne (2 jours de moins).

C'est explicable si on comprend que le fœtus effectue l'essentiel de sa croissance pendant la seconde moitié de la gestation : le poids du futur agneau double au cours du 5ème mois de gestation. Donc, plus il y a de fœtus dans l'utérus et plus les apports nutritifs permettant leur croissance vont être difficiles à fournir par l'organisme de la mère.

À partir de 2 semaines avant la naissance, l'utérus va commencer à effectuer des contractions, légères et peu fréquentes - elles durent environ 5 minutes toutes les heures -, mais qui ne sont pas coordonnées

.

Les signes annonciateurs de l'agnelage
Dans la nature, comme dans les élevages extensifs (en extérieur), la brebis qui est prête à donner naissance à un agneau s'écarte du troupeau, ou bien elle s'immobilise et le troupeau la laisse en arrière au fur et à mesure qu'il s'éloigne en broutant. Elle cherche à s'isoler dans un endroit où elle peut construire un "nid", de préférence avec des herbes sèches (fourrage). En bergerie, l'éleveur fait attention à fournir de la paille en suffisance et à laisser les futures mères tranquilles.

La température de la brebis chute de 0,5° C dans les 48 heures qui précèdent la mise bas. Dans certains pays, les éleveurs estiment que si la température d'une brebis gestante chute sous 39,2° C, c'est qu'elle va donner naissance dans les 2 jours suivants. Cette méthode est jugée efficace à 80 %. Mais, surtout, la brebis arrête de brouter dans l'heure qui précède l'agnelage.



Les contractions utérines deviennent coordonnées dans les 12 heures qui précèdent la naissance. Mais elles sont encore de faible amplitude. Elles vont devenir plus intenses et rapprochées dans les deux heures qui vont précéder le travail véritable.

Dans un premier temps, la future mère est anxieuse : elle se lève et se recouche à diverses reprises. Puis, quand les premières contractions utérines coordonnées se produisent, elle s'allonge pour de bon. Au fur et à mesure de l'arrivée des contractions, la brebis prend une attitude particulière : tête levée "vers les étoiles", même en bergerie.



Le déroulement de l'agnelage
Le travail commence quand le premier agneau engage sa tête dans le "tunnel" qu'est la filière pelvienne. Mais la "poche des eaux" étant plus près de la sortie que l'agneau lui-même, le début du travail va être marqué par l'apparition de cette poche à l'extérieur. À ce moment-là, la brebis se relève et tourne plusieurs fois sur elle-même, afin de faire éclater la poche, qui libère alors des liquides légèrement gluants.

La brebis se recouche alors et commence le travail d'expulsion du ou des agneau(x). Ces fluides ont en effet une odeur attractive pour la brebis : la naissance a lieu là où ces fluides ont été expulsés.

Les agneaux naissent le plus souvent tête et pattes avant en premier, ce qui s'appelle une "présentation antérieure". L'agneau s'engage dans le passage du bassin les pattes avant allongées à plat sur le plancher de ce "tunnel". Sa tête aussi est totalement allongée, posée sur les pattes avant.

Ce passage dans le "tunnel" que constitue le bassin de la mère est délicat en raison :- de sa rigidité car l'entrée du bassin est essentiellement osseuse ;- de sa forme, car la filière pelvienne est coudée : d'abord horizontal, il s'incline vers le bas et en arrière.

Deux types de contractions vont permettre son expulsion :

- les contractions utérines, qui sont involontaires - c'est l'organisme de la brebis qui décide - et douloureuses, commencent dès le début du travail. Elles augmentent en intensité et en durée au fur et
à mesure que le fœtus progresse vers l'extérieur.

- les contractions abdominales commencent plus tardivement. Elles viennent par réflexe, à partir du moment où la tête de l'agneau quitte le tunnel du bassin pour arriver dans le vagin. Elles sont très efficaces car elles se produisent au moment où les contractions utérines sont maximales. En plus, lorsque la tête de l'agneau est dans le vagin, son thorax est dans la filière pelvienne. Sa cage thoracique étant la partie la plus encombrante de l'agneau, ces contractions supplémentaires sont bienvenues pour le guider vers l'extérieur.

Quand la tête de l'agneau sort du tunnel (elle se trouve alors dans le vagin), l'expulsion devient donc très rapide. Une fois sa croupe sortie à l'extérieur, ses pattes postérieures, étendues vers l'arrière
de l'agneau, sortent sans effort supplémentaire de la part de la brebis.

La durée de la mise bas est très variable, mais en général se déroule en 15 à 20 minutes. Lorsque deux jumeaux naissent, cela dure le plus souvent moins longtemps que lorsqu'un seul agneau, plus volumineux, doit être expulsé. Cependant, l'intervalle entre l'expulsion de chaque jumeau peut aller
de quelques minutes à plus d'une heure.
À
Les premiers soins au nouveau-né
 la naissance, un agneau pèse de 3 à 5 kg. Le plus souvent, la brebis donne naissance à un ou deux agneaux, mais certaines races sont connues pour être particulièrement prolifiques. Les Romanov, par exemple, donnent plus souvent des triplés. Mais en élevage, il est exceptionnel d'obtenir des portées plus grandes car les agneaux sont alors très chétifs et leur survie est inconstante.

La plupart des brebis sont debout dans la minute qui suit la naissance de l'agneau. La brebis commence à lécher vigoureusement son petit, immédiatement après son expulsion. Ce faisant, elle avale les enveloppes fœtales qui le drapent encore. Plusieurs fonctions sont attribuées à ce comportement (placentophagie) : un rôle d'hygiène (léchage du nombril), une stimulation du jeune à se lever et une façon pour la mère de "marquer" olfactivement son petit. Enfin, ce "léchage" aurait aussi un rôle social, en établissant et maintenant un lien entre la mère et son agneau.

Cette période est cruciale pour la reconnaissance du nouveau-né par sa mère : s'il lui est retiré dès la naissance, puis rendu 6 heures plus tard, elle le rejettera le plus souvent.

En moyenne, un agneau est capable de se lever sur ses pattes dans les 15 minutes qui suivent sa naissance. Au bout d'une heure ou deux, la brebis lui autorise l'accès à la mamelle.

Lorsqu'il y a deux agneaux, le second est souvent plus chétif que le premier. La brebis s'occupe plus fortement du premier, ce qui laisse plus de temps au second pour s'alimenter sans gêne à la mamelle.

Entre une et trois heures après la naissance du dernier agneau, de nouveaux efforts se produisent : ils permettent d'expulser les enveloppes qui étaient restées dans l'utérus (la délivrance). Elles sont souvent aussi "broutées" par la brebis. Cette expulsion peut se poursuivre pendant plusieurs jours après la naissance, mais la placentophagie s'arrête en quelques heures.

 

 

 

 

 

 (texte du centre d'information des viandes) .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le moment essentiel dans la vie de l’exploitation de son bon déroulement, dépendra toute la campagne laitière 
 
 
 

 
 
 
 

 
 
 
 
 

 
 
                                                                                                                                                                                 
 
 

 
 
 
                                                              
 
 

 
 
 
 
Le début de l’agnelage est en novembre et il se termine en mars les brebis ont une gestation de 145 jours environ
Dans la période de l’agnelage il y à des moments avec plus ou moins de naissances par jours  selon les différentes
dates  d’inséminations (deux lots differents pour les brebis adultes deux aussi pour les agnelles pour les brebis qui ne sont pas inséminées, les
Mise bas s’étales selon les dates d’accouplements)
 
 
Les  brebis restent en bergerie durant la plus grosse partie de l’agnelage, ce qui facilite leur surveillance
lors qu’une brebis a mis bas elle est écartée du reste de la troupe  et conduite dans une case individuelle avec ses agneaux 
 
 
                                      
 
 
 
 

 
 
 
 
Elle est traite manuellement matin et soir on s’assure que ces agneaux est bien bu le premier lait de leur mère (le colostrum)
Si ce n’est pas le cas on le nourris au biberon ou a l’aide d’une sonde. Pour les plus faibles en effet le colostrum contient
tous les anticorps transmis par sa mère qui lui permettent de lutter contre les maladies durant les premiers jours de sa vie.
La traite 2 fois par jours des brebis permet une bonne montée du lait de la mère et évite que la mamelle se congestionne et lui fasse mal
Ceci peux même entraîner des lésions graves voir irréversibles  avec perte du lait ou gangrène de la mamelle (mammites)
 
L’agneau : on désinfecte son cordon ombilical (teinture d’iode)
                                                    
                        

                      
      
 
 
 
 
 
 




On lui place une boucle à chaque oreille ou est gravé son numéro d’ordre de naissance le numéro de mon élevage  ainsi  que le numéro de sa mère
 
 
 

L'identification des ovins

 


En France, depuis septembre 1997, tous les ovins nés et élevés en France sont identifiés de façon individuelle. Ceci était encadré par l’arrêté du 30 mai 1997, qui a défini les modalités de cette identification et qui a permis la mise en place de la traçabilité, en assurant le transfert d’information sur l’origine et la catégorie de l’animal, de l’élevage jusqu’au point de vente. Depuis l’été 2005, le cadre réglementaire de cette identification a été modifié. Cette identification est maintenant réglementée à l’échelon européen, avec l’application du règlement CE 21/2004. L’animal reçoit un numéro unique qui le suivra tout au long de sa vie. Ce mode d’identification est le même pour tous les pays membres de l’Union Européenne.

Pour les ovins nés avant juillet 2005, l’identification, régie par l’arrêté du 30 mai 1997, se faisait en deux temps :

- à la naissance et au plus tard à la fin du mois de naissance, l’animal recevait un repère temporaire apposé sur l’oreille (tip tag) et l’éleveur consignait la naissance en entrée dans le registre d’élevage ;

- au plus tard à l’âge de 12 mois, l’animal recevait une boucle définitive de couleur saumon portant le numéro d’identification et l’éleveur notait le changement de catégorie dans le registre.

Aujourd’hui, ces ovins conservent leur identification avec ces boucles saumon.

Pour les ovins nés depuis l’été 2005, le nouveau règlement européen (règlement CE 21/2004) impose de tous les identifier avant qu’ils ne quittent l’exploitation de naissance et impose également de suivre leurs mouvements grâce à :

- un seul et unique numéro d’immatriculation attribué dans les six mois qui suivent la naissance, avec la pose de deux boucles de couleur jaune dès l’exploitation de naissance, ce numéro ne pouvant changer au cours de la vie de l’animal. Le règlement prévoit une dérogation pour les agneaux destinés à la boucherie avant 12 mois et abattus en France : la pose d’une seule boucle suffit, dans les six mois qui suivent la naissance ou avant la sortie de l’animal de son exploitation de naissance ;

- l’enregistrement de la pose des boucles dans le carnet d’agnelage ou sur une liste des numéros des boucles. Cet enregistrement est conservé par l éleveur dans son registre d’exploitation.

 

(Source : Institut de l'Elevage ))

 

 



En cas de perte de boucle, l’éleveur est tenu de respecter les dispositions prévues par la réglementation pour les remplacer.

Les boucles comportent plusieurs chiffres relatifs à des informations différentes :
- le code du pays de naissance (FR pour la France) ;
- un indicatif de marquage à 6 chiffres correspondant au numéro d’exploitation ;
- un numéro d’ordre à cinq chiffres qui permet de faire un rapprochement avec la date de naissance de l’animal.

L’ensemble des informations relatives aux animaux et à leurs mouvements est recensé dans un registre national appelé base de données nationale d’identification des ovins.
Pour tout déplacement d’animaux entre deux exploitations, l’animal est accompagné d’un document de circulation dûment rempli qui permet de donner aux autorités vétérinaires toutes les informations nécessaires à une bonne maîtrise du risque sanitaire.

   

 
 
 
 
 
 
 
 


un anneau de caoutchouc est place autour de la queue  des femelles. Celles-ci se desséchera et tombera par la suite
     
 
 
 
 
 
 
 
                                        
                                                                                             
 
i l est ensuite enregistre sur un cahier de bergerie avant d’être saisi informatiquement ce qui assure un suivi et une bonne traçabilitée     
de l’agneau   
 
 
 
 
 
 
 
 

                                                                                       
 
 
 
 
                 
 
Lorsqu’ on est sur que la mère le reconnais bien et l’aime on les conduits dans des parcs ou ils sont plus nombreux (10 puis 20 puis 50 …..)
La traite est toujours faite matin et soir mais plus à la main mai à laide d’une machine à traire après 5 à 6 jours de naissance les agneaux sont sépares des mères pendant la traite à la machine pour éviter qu’il se fasse piétiner lorsque les brebis se déplacent  vers la machine à traire
Les agneaux ont à leur disposition un aliment granule, de la paille et de l’eau pendant leur séparation des  mères petit à petit ils mangent des
aliments autres que le lait
 
 
  
 
 

 
 
                                        
 
 
 
Les agneaux issus de naissances multiples supérieur à 2 sont sépares de leurs mères et nourris  avec du lait retire lors de la traite des autres brebis (une brebis n’as que deux trayons et pas assez de lait en début d’allaitement pour nourrir plus de 2 agneaux)   
 
 
 
                                                                                
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
Quant les agneaux ont au moins 25 jours et pèses plus de 12 Kg ils sont sépares définitivement de leurs mères c’est le sevrage on les conduits dans un autre bâtiment les males seront engraisses et après sélection certaines femelles conservées pour le renouvellement du troupeau (150)
 
 
       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
LA TRAITE DES MERES PEUT COMMENCER AINSI QUE LA VENTE DU LAIT
 
 
 

LACHE D'AGNEAUX A COURTILLES - wideo
LES AGNEAUX COURRENT VERS LEURS MERES
 
 
Commenter cet article

visit here 22/05/2014

The lambs look pretty. Thanks for sharing these lovely snaps and I like it very much. You have kept a nice farm and I doubt if I will be able to manage it in this manner. It has been a wonderful voyage to this blog page and I rate this experience very good.

À propos

TRAVAIL SUR UNE EXPLOITATION AGRICOLE EN BREBIS LAITIERE POUR LA FABRICATION DU ROQUEFORT EN AVEYRON FRANCE calmels et le viala (EN RACE LACAUNE LAITIERE)

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog